CONGRES NATIONAL.

Publié le par OBUT BEZIERS

Quelle pétanque en 2012 ?

 

Organisé à Châteauroux les 13 et 14 janvier, le 67e congrès national de la FFPJP a été l’occasion de faire un bilan de l’année 2011, et étudier les perspectives d’avenir. Dans son discours officiel, le président fédéral, Alain Cantarutti, balaye quelques-uns des sujets importants : licences, cartes de membre, jeunes, discipline ou encore l’arbitrage. Extraits...

 

Cantarutti--Alain.jpg

Alain Cantarutti, président de la Fédération française de pétanque et jeu provençal depuis mars 2009.

 

 

2012, une année charnière
"En ce début 2012, nous sommes au départ de la dernière ligne droite de notre mandat, qui a débuté depuis trois ans déjà. Je souhaite la bienvenue aux nouveaux dirigeants des comités départementaux, car 2011 a vu quelques présidents ou membres de comités être renouvelés pour différentes raisons : maladie, ou découragement face aux intrigants.
Vers le milieu de l’année une vague de démission de présidence de comité est arrivée au siège de la Fédération et j’ai eu peur d’un tsunami du bénévolat. Heureusement, cela a été de courte durée et les départements touchés ont su reprendre le droit chemin".

La politique suivie
"Dès le début de notre mandat, avec mes coéquipiers, nous avons voulu insuffler une démarche qui vise à favoriser les rencontres ouvertes non seulement vers le public le plus large, mais aussi avec notre territoire d’implantation, avec les acteurs médiatiques et sportifs. Nous avons souhaité une transparence et voulu continuer notre développement. Nous avons confiance en les présidents de comités et de clubs et leur action sur le terrain".

La baisse des licences
"Toutefois, notre opération n’est pas une réussite totale puisque le chiffre de nos licenciés chute encore (lire en bas de page). Certain pour se rassurer parlent de stagnation. Je ne suis pas tout à fait d’accord. Même si 24 départements sont en hausse, nous perdons aujourd’hui trop de clubs. La Métropole a perdu 118 clubs cette année, alors que l’Outre-mer en a crée 39. De fait, nous en avons perdu 79 en tout en 2011.
A Narbonne (NDLR : lors du congrès 2011), je vous parlais de renouveau en ce qui concerne les licenciés, je ne suis plus très sûr. On peut invoquer un certain nombre de raisons, se demander pourquoi certains ne viennent plus vers nous, pourquoi d’autres reviennent, pourquoi certains réussissent là où d’autres échouent..."

Les cartes de membre
"Ce qui me désole, c’est que trop de clubs nous volent. Les cartes de membres distribuées à des non licenciés sont du vol pur et simple à l’égard des ligues, des comités et de la Fédération. Toute la chaîne de la famille est volée! Ces cartes de membres ne sont pas la seule raison qui explique la baisse des licenciés, qui frôlent désormais la barre symbolique des 300 000, mais elles y contribuent, et cela est très malsain. Nous sommes en période de consolidation, et c’est ensemble que nous allons réussir. Sans vous, et en désordre, nous ne pourrons rien faire".

 

Du neuf aux "France"
"Pour les catégories Jeunes, 2012 verra apparaître la nouvelle formule des Championnats de France, avec trois étapes. Le Championnat départemental (1ère étape), qualificatif pour le Championnat régional (2e étape), lequel qualifiera pour le Championnat de France (3e étape).

Un véritable parcours sportif et non plus, pour certains, un simple voyage scolaire.
Cette décision vient de la faiblesse de participation lors de ces épreuves des Championnats départementaux, certains joueurs se qualifiant après une seule partie, ou même parfois sans jouer, parce qu’ils étaient seuls".

 

Le défi Jeunes
"Le problème sur lequel il faut se pencher, c’est le chiffre des jeunes. Le défi est là et nulle part ailleurs. Vaincre le challenge de reconquête des jeunes, avec tous les dirigeants, avec la DTN, mais aussi avec les dirigeants de clubs et de comités au plus près du terrain. Je crois au rassemblement et au sport de masse. Je ne crois plus au rassemblement de joueurs issus de qualifications quelconques, quelles que soient leur appellation.
Ces compétitions sont très belles, bien organisées, sont une vitrine indispensable, mais il faut aussi faire de grands rassemblements de masse, car les jeunes ne regardent pas les vitrines : ils veulent jouer! La victoire de ce défi passe par les clubs, les écoles de pétanque, le contact répété avec le milieu scolaire dès la rentrée.

Nous ne sommes pas un sport à la mode, c’est un constat, mais les hommes peuvent changer le cours des choses. Au lieu de croire aux miracles, je préfère croire à une utopie plausible, c’est-à-dire à la capacité des individus et des clubs à générer du collectif et de la dynamique".

Tranches de vie
"Comme nous l’avions promis l’an passé, nous avons revu les tranches d’âges qui paraissaient poser problème aux techniciens de terrain que sont les éducateurs et les initiateurs. Celles-ci ont été refaites avec des tranches plus équilibrées : 10 à 12 ans pour les Minimes, 13 à 15 ans pour les Cadets, 16-17 ans pour les Juniors. Seulement deux ans en Juniors, afin de coller au plus près des réalités internationales qui limitent à 17 ans les sélections chez les jeunes, et pour coller à la

 

 

réalité administrative du passage à la majorité".

Petit partage entre amis
"Les concours Nationaux ont reçu un lifting. Personne ne pouvait empêcher le partage en demi-finale, voire en quart. De fait, le partage est rendu obligatoire en demi
-finale, avec quatre prix identiques. De cette façon, nous regardons la réalité en face, et les délégués de ces Nationaux auront du travail pour vérifier si les demi-finales et finales se déroulent dans de bonnes conditions".

 

 

Le poids des arbitres
"Les arbitres, une autre composante de notre grande famille, sont souvent décriés, car ils sont la plus simple excuse pour se disculper d’un mauvais résultat. Le corps arbitral doit être respecté. En 2011, la commission de Jean-Claude Dubois sur l’arbitrage a fait passer le message au plus près des directeurs de jeu dans les ligues. Toutes n’ont pas encore été visitées, mais le seront avant fin 2012.
Les arbitres départementaux ou de ligue sont dignes du grade supérieur mais, souvent, leur vie professionnelle ou familiale les en empêche. Pourquoi n’auraient-ils pas la même parole et la même formation que les autres ? Le pôle Arbitre élite a été lancé, et même s’il n’est pas encore parfait, la tendance est à l’amélioration".

 

Question de discipline
"Les rapports des arbitres, tout au long de la saison, ont permis de sanctionner des personnages que je dédaigne. Ceux qui sont notre longue maladie à nous. En matière de discipline, aucun passe-droit n’existe : lorsque les rapports sont bien établis, les poursuites sont engagées et aboutissent.

La principale cause des problèmes n’est plus vraiment liée à l’alcool, même s’il y a encore parfois des débordements, mais plutôt liée aux nouveaux comportements sociétaux. Sur ce point, nous devons nous poser des questions sur les nouvelles générations. La vigilance de tous les dirigeants est de mise".

Promotion : il arrive!
"En 2012, nous lançons un nouveau Championnat de France, celui consacré à la catégorie Promotion, notre plus grand réservoir. Cette épreuve est celle d’une nouvelle ère de Championnats, avec des filtres sportifs tels qu’ils doivent être instaurés : à savoir un Championnat départemental qualificatif pour un Championnat régional qui, lui, qualifiera pour le Championnat de France à 64 équipes".

 

 

Le jeu provençal existe
"Le jeu provençal fait partie du développement souhaité et les premiers résultats sont palpables. Ainsi, cette année encore, les différents comités demandent des équipes supplémentaires aux Championnats.

Le jeu provençal est sous la houlette de la Fédération et il y restera, car c’est la seule façon de le développer hors de là où il est né, et hors de là où il est le plus pratiqué.
Désormais, des écoles de pétanque consacrent du temps à l’enseignement du provençal. En 2012, la chaîne Sport+ diffusera la finale du Provençal 13 de Marseille, c’est une vraie victoire".

 

 

 

Les licences en chiffres

- 306 290 licenciés FFPJP fin 2011
- 48 483 femmes (tous âges confondus), soit 15,82%
- 22 781 jeunes, soit 7,43%
- 113 487 vétérans, soit 37,06%
- 4 994 licences perdues en 2011 (soit -1,60%)
- 6 137 clubs affiliés

 

 

logo boulisme articles

Propos recueillis par Marc Pheulpin, Boulisme.

Photos : © Marc Pheulpin/Archiguide.

 

Publié dans INFORMATIONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article