LE CHOIX DES ARMES.

Publié le par OBUT BEZIERS

Dure, tendre, demi tendre, carbone ou inox, diamètre, poids, nombre de stries… trouver la boule idéale peut prendre du temps, devant une offre toujours plus diversifiée. Objet personnel, technologique et esthétique, elle s’apparente désormais à un objet d’art.

 

Alors même que la saison bat son plein, que les défaites s'enchaînent, certains peuvent avoir envie de mettre toute leur maladresse sur le dos de leur matériel. La solution de faciliter... Mais quelles boules choisir ? Quel prix y mettre ? Il y a de quoi s’y perdre, avec près d'une cinquantaine de types de boules différentes sur le marché français aujourd’hui.
A y regarder de plus près, cependant, les différences (hormis dans les prix, justement), ne sont pas si grandes. Deux ou trois matériaux proposés, mais il ne s’agit que de variété d’acier, de nombreuses finitions au choix (stries, boules de couleur, mates ou brillantes, chromées ou non…). Si les anciens affirmeront toujours que "si le bras n’est pas bon, peu importe la boule", le choix d’une boule est la somme d’une série de réponses simples. Encore faut-il se poser les bonnes questions.

Dilettante ou passionné ?
Si vous êtes un joueur occasionnel, si vous jouez parfois dans le jardin le dimanche ou si vous attendez les grandes vacances pour défier les voisins de caravanes à heures fixes, contentez-vous de boules de loisir. Beaucoup moins chères que les autres (à partir de 20 € la triplette), elles sont souvent chromées et ont l’avantage de ne pas rouiller et de n’exiger aucun entretien particulier.

En revanche, elles ne sont pas tenues de respecter le cahier des charges de la FFPJP. Conséquences : les boules de loisir ne sont pas toujours marquées au nom du fabricant avec un numéro de série ; elles peuvent être trop légères ou mal équilibrées, car lestées avec de la terre ou du sable. Si vous êtes un joueur plus assidu, un passionné ou un champion, vous élirez donc des boules de qualité supérieure, conçues pour répondre à des exigences techniques plus précises.

 

 Mimine ou poigne de fer ?
Pour connaître le diamètre de la boule qui conviendra à votre main, mesurez la distance, main tendue, entre votre pouce et votre majeur. Il s’agit ensuite de trouver la correspondance entre le nombre obtenu et le diamètre des boules disponibles sur le marché, dont le diamètre est compris entre 70 et
80 mm.
A titre d’exemple : pour une mesure de 16 cm, le diamètre de votre boule sera de 71 ; si vous obtenez 22 cm, le diamètre de votre boule se situera entre 75 et 77, etc.
La plupart des sites des fabricants se proposent de vous aider par un questionnaire interactif à choisir les boules idoines.
A noter qu’à haut niveau, les tireurs ont tendance à choisir des boules légèrement plus grosses, afin d’avoir une surface de contact plus importantes, tandis que les pointeurs choisiraient des boules plus petites, afin d’avoir moins de chances d’être touchés. Mais Christian FAZZINO, par exemple, l’un des plus grands canonniers français, se sent plus à l’aise avec de petites boules dans les mains.

 

Poids plume ou poids lourd ?
Un joueur grand et fort retiendra bien sûr des boules plus lourdes qu’un petit bout de femme. Mais pour le reste, là encore, c’est chacun… à sa main. Le critère de poids est plus de l’ordre de la sensation personnelle que de la règle d’or : certains pointeurs aiment avoir du poids dans la main, à l’inverse les tireurs peuvent avoir intérêt à user de boules légères, pour se fatiguer moins vite.

A titre indicatif, retenez qu’un homme d’1,82 m et 82 kg choisira des boules de 700 grammes tandis qu’une femme d’1,65 m et de 58 kg optera pour des 670 grammes. A savoir : le poids d’une boule varie entre 650 et 800 grammes. A vous de tester le poids avec lequel vous vous sentez le mieux.

 

Gros dur ou âme tendre ?
Le choix de la dureté de vos boules est étroitement lié au type de jeu qui est le vôtre. On distingue trois types de boules qui correspondent aux trois postes possibles dans une triplette :

Les boules dures : elles rebondissent plus sur le sol ou sur une autre boule, mais sont d’une solidité à toute épreuve. Elles sont destinées aux pointeurs.
Les boules tendres : elles rebondissent moins sur sol dur et recule moins lors d’un carreau, mais elles se marquent plus aux chocs. Elles sont destinées aux tireurs. Les boules tendres ont une durée de vie plus faible et paradoxalement un prix plus élevé.
Les boules demi tendre : Ce sont des boules polyvalentes, à mi-chemin entre les boules dures et tendres. Elles offrent un compromis idéal pour les milieux.

 

Le métal : inox ou carbone
Toutes les boules sont faites en acier. La plupart du temps, il s’agit d’acier inoxydable ou d’acier au carbone. La différence se situe dans le prix, la durée de vie et dans une moindre mesure, l’esthétique.

 

L’acier au carbone est doté d’un filtre anticorrosion qui s’use au fur et à mesure des parties et nécessite un entretien régulier à l’huile. Il offre un toucher rugueux et son aspect mat ne manque pas d’élégance.

 

L’acier inoxydable (inox), comme son nom l’indique, ne rouille pas et reste brillant au fil du temps. Il offre un aspect et un toucher doux et satiné. Ce métal, considéré comme la "rolls des aciers", ne nécessite qu’un simple coup de chiffon en guise de nettoyage et possède la longévité la plus longue.

 

logo boulisme articles

Jean-Christophe Castelain, pour Boulisme.

Photo : © Marc Pheulpin.

Publié dans DIVERS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article